PRODUITS ALIMENTAIRES IMPORTES DE CHINE
CANICULE
DIABETE

Actus Diabète Diabète, spondylarthrites ankylosantes, VIH, hépatites, sclérose en plaques, Parkinson, Alzheimer, polyarthrite rhumatoïde, insuffisance rénale, cancers…Toutes ces maladies sont dites chroniques dans la mesure où elles sont de longue durée, exigent des soins prolongés ...

 

Diabète et activité physique 10/02/2009 L"activité physique c'est, se lever de son canapé pour aller marcher, faire du jardinage, du bricolage ou du vélo, ou toute autre activité qui nous fasse bouger physiquement. Pourquoi e...

 

Pancreas artificiel, c'est pour bientôt Les 25 et 26 octobre 2011 marquent d'une pierre blanche l'histoire du traitement du diabète insulinodépendant. Pour la première fois, un malade montpelliérain, dont la vie dépend de l"apport perman...

 


Ne pas interrompre son traitement et poursuivre son autosurveillance et ses soins courants

Téléconsultation soins maladies chroniques
Cette recommandation est largement relayée tant par les institutions sanitaires que vos médecins traitants et spécialistes comme en atteste le communiqué du Collège de Médecine Générale qui précise que " mettre en pause les soins de sante? primaire, c?est enclencher une bombe a? retardement ! " *

La Société Francophone du Diabète regroupant les professionnels de santé prenant en charge le diabète, souligne qu?il ne faut pas hésiter à solliciter vos référents médicaux si votre diabète est très déséquilibré ou si vous présentez une plaie au niveau des pieds par exemple. Les diabétologues et les services de Diabétologie se sont organisés pour répondre à vos besoins notamment via les téléconsultations quand cela est possible. Cela permettra de vous prendre en charge le plus tôt pour éviter un problème plus grave.

Le confinement et la distanciation sociale ne doit être ni un prétexte, ni une mauvaise occasion d?interrompre son traitement et ses soins courants. Pendant l?épidémie de Covid-19 , les autres maladies et en particulier toutes les maladies chroniques poursuivent leur travaux de sape de votre santé.

Ne prenez aucune décision sans un conseil médical, si possible à distance. La téléconsultation et les télé-soins sont à privilégier, sinon le téléphone est toujours un bon moyen de communication. Privilégiez les soins à domicile si c?est possible. Remettez à plus tard tous les bilans, examens ou consultations non urgents. Maintenez vos distances de toute personne contaminée ou suspecte de l?être.

Mais surtout, ne négligez rien de ce qui vous parait inhabituel ou urgent. Si votre diabète se déstabilise, n?hésitez pas à contacter votre médecin ou votre diabétologue.

En cas de fièvre ou de signes inquiétants comme une fièvre importante, un essouflement, des douleurs thoraciques, des troubles neurologiques, n?hésitez pas à appeler le 15.

* Le Collège de la Médecine Générale rappelle que les soins ambulatoires, nécessaires, doivent être poursuivis aussi pour les patients sans suspicion de COVID-19 (soins de santé primaire, qui regroupent les soins de base et les soins chroniques).   


« Les jeudis de France Assos Santé » : une initiative originale pour vous informer et faire vivre la démocratie sanitaire

France Assos Santé, l?Union Nationale des Associations Agrées du Système de Santé, lance pour la première fois un dispositif inédit pour vous accompagner tout au long de votre parcours de santé, mais également en ces temps marqués par la crise sanitaire sans précédent du covid-19. Le concept : des rencontres numériques d?une heure et demie le jeudi, pendant lesquelles vous aurez la parole, face à des experts qualifiés et sur une thématique d?actualité.

Cette semaine et pour ce premier jeudi, la rencontre aura pour thème :« Prévenir et faire face au COVID-19 ».

Si vous souhaitez participer à ces échanges, il vous suffit de suivre ce lien et de vous inscrire gratuitement : https://event.webinarjam.com/register/8/9v143i9

Alors, à jeudi 2 avril 2020 - 15h, directement sur la plateforme !
 

 


Coronavirus (COVID-19) : découvrez le témoignage de Philippe

témoignage coronavirus
Toute l?équipe de la Fédération est pleinement mobilisée pour rester à votre écoute pendant cette période de confinement. Chaque jour, nous recevons des messages sur nos réseaux sociaux, par e-mail, nous répondons à des appels téléphoniques pour écouter, rassurer, conseiller? Chaque situation est différente, chacun d?entre vous vit cette période à sa façon.

Il nous semble important de garder le lien pendant ces semaines et partager des temps forts, des ressentis, des doutes, des craintes et des joies aussi. Aussi, nous vous invitons à nous raconter comment vous vivez cette période. Nous ne pourrons sans doute pas tout publier, mais nous nous engageons à vous lire !

Pour démarrer, nous partageons avec vous le témoignage de Philippe :

 « Bonjour, je souhaite donner de l?espoir aux diabétiques atteints par le COVID-19. J?ai été contaminé et ai déclaré les premiers symptômes (fièvre et courbatures) le jeudi 20 mars. Couché pendant une semaine avec une prise de paracétamol, je commence à me porter mieux aujourd?hui. Durant cette période le diabète s?est complètement déséquilibré mais la priorité était de survivre. Dix jours se sont écoulés depuis le déclenchement de la maladie et je commence à reprendre des forces. Bon courage à tous les malades et surtout évitez de sortir de chez vous. »

Philippe, l?équipe de la Fédération vous souhaite un rétablissement rapide et complet !

Vous aussi, vous souhaitez partager votre vécu en cette période d?épidémie de COVID-19 ?

Je partage mon histoire :
Je témoigne

 


Coronavirus (COVID-19) : ne jamais prendre de Plaquenil ® (Sulfate d'hydroxychloroquine) ni de Nivaquine ® (Chloroquine) sans un avis et une prescription médicale

Actuellement ce traitement est expérimental et uniquement réservé aux cas graves hospitalisés sous la responsabilité collégiale de l?équipe qui prend en charge les patients et sous réserve d?une information claire loyale et complète sur les alternatives thérapeutiques et les effets secondaires de ce traitement.

Le protocole nécessite impérativement le contrôle d?un électrocardiogramme avant et à 48h après la prescription. En plus des troubles du rythme cardiaques potentiels, il peut être responsable d?hypoglycémie et à long terme de problèmes rétiniens. Il a de nombreuses interactions médicamenteuses.

Le coronavirus peut également avoir des effets sur le c?ur soit directement soit du fait d?une hypokaliémie (manque de potassium), ceci aggrave les effets arythmogènes de ces médicaments.

Déjà plusieurs cas de complications cardiaques liées à la prise inappropriée de ces médicaments ont été rapportés par les centres de pharmacovigilance.

Ce n?est en aucun cas un traitement préventif ni un traitement qui a été validé dans des formes non graves de COVID-19 non hospitalisées.
 

Lire la mise en garde sur le site de l'ANSM :

Plaquenil et Kaletra : les traitements testés pour soigner les patients COVID-19 ne doivent être utilisés qu?à l?hôpital - Point d'information


Coronavirus (COVID-19) : point d?information au 31 mars 2020

Restez chez vous
Le 27 mars dernier, le premier Ministre Edouard Philippe a annoncé le prolongement du confinement pour une période de deux semaines : il se poursuivra, au minimum, jusqu?au 15 avril. Les règles restent inchangées : aucun déplacement n?est autorisé sauf ceux cités dans le décret du 23 mars, en application de l?état d?urgence sanitaire, et à condition d'être muni d'une attestation de déplacement dérogatoire.

Nous vous conseillons de vous rendre sur le site dédié du gouvernement régulièrement mis à jour qui regroupe les informations essentielles à connaître sur le virus (symptômes, mode transmission, dépistages?) et les réflexes à adopter pour se prémunir de la maladie et protéger ses proches tels que les gestes barrières et les règles de distanciation sociale de plus d?un mètre à respecter.

Des mesures ont été prises par le gouvernement suite à la fermeture des lieux publics non indispensables à la vie du pays, des établissements scolaires et au confinement mis en place à partir du 17 mars. Une section questions/réponses concernant le travail, la vie quotidienne, la santé, la scolarité? est également disponible sur le site du gouvernement.

Le site dédié : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Le numéro vert répond à vos questions sur le Coronavirus COVID-19, 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000.

Pour rester connecté à la Fédération, vous pouvez :

Pour nous joindre : 01 40 09 24 25
et en particulier :

Nous restons à votre écoute via nos diverses permanences et formulaires de contact. Vous pouvez continuer à nous suivre sur nos réseaux sociaux et sur nos sites internet et notamment le site La pompe à insuline, parlons-en ! et le site du Diabète LAB.

 


Source: AFD www.afd.asso.fr



Bien choisir son lecteur de glycémie

20/12/2008
Diabète : à lire avant d’acheter un lecteur
Le diabète touche un nombre croissant de personnes en France et dans le monde et sa prise en charge constitue donc un enjeu important de santé publique. De part ses compétences, l’Afssaps exerce une surveillance, un contrôle et une évaluation des incidents concernant les médicaments et les dispositifs impliqués dans le diabète. Il s’agit d’une maladie pour laquelle, professionnels de santé et patients sont acteurs, aussi bien dans la réalisation du dosage que dans l’adaptation du traitement.
L’Agence française de Sécurité sanitaire des produits de Santé (AFSSaPS) a publié une mise à jour de la liste des lecteurs de glycémie disponibles sur le marché.
Cet appareil est utilisé pour permettre l’auto-surveillance du diabète. Ces petits lecteurs portables mesurent le taux de sucre dans le sang, à partir d’un minuscule prélèvement obtenu à l'extrémité du doigt.
Ces mesures quotidiennes renseignent à tout moment le diabétique, sur l'état de sa glycémie et servent notamment, à prévenir les risques d’hypoglycémie.
Toutefois, il est rappelé que ces appareils sont particulièrement sensibles à la chaleur et au grand froid. Les conditions d'utilisation mentionnées dans la notice de l'appareil doivent être respectées pour éviter un affichage erroné des mesures. Des températures extrêmes peuvent perturber leur fonctionnement et fausser les résultats d’analyse.
Bandelettes et électrodes doivent toujours être conservées dans un endroit sec et frais.
Comme le souligne l’AFSSaPS « lors de chaque mesure de glycémie, et si votre lecteur permet un changement d’unité, il est important de s’assurer que l’unité du résultat rendu, affiché sur l’écran, est bien celle que vous devez utiliser ».

Le prélèvement de la goutte de sang peut faire un peu mal, mais il existe plusieurs formes d’autopiqueurs avec généralement la possibilité de régler la profondeur de la piqûre au bout du doigt.
Quelles recommandations pour l'utilisation de l'auto-piqueur?
Le bout du doigt est très sensible, mieux vaut piquer sur le côté, il y a moins de terminaisons nerveuses et les vaisseaux sont aussi nombreux.
N’utilisez jamais d’alcool ou un produit similaire pour désinfecter le doigt lors d’un contrôle glycémique cela peut fausser les réactions. Un lavage des mains est suffisant.
Le lavage des mains est important. De simples traces d’aliments ou de boissons peuvent fausser le résultat. Si le sang arrive mal après la piqûre, il peut être judicieux de se laver les mains à l’eau chaude pour activer la circulation au bout des doigts : la goutte de sang sortira plus facilement.
Il faut que la peau des mains soit bien sèche lorsque la goutte se forme, sinon elle risque de couler et d’être difficile à déposer sur la bandelette. Essuyez-vous le bout du doigt si celui-ci est moite par la transpiration.
Quelle que soit la marque de la bandelette, le temps de réaction est indiqué par les fabricants. Les différents flacons de bandelettes ont des dates de péremption, qu’il vaut mieux respecter.
Sur tout nouveau flacon de bandelettes ouvert, écrire la date sur le flacon; cela permet de vérifier l’ancienneté du flacon.
La plupart des fabricants recommandent de ne plus utiliser les bandelettes d’un flacon, ouvert depuis plus de 3 mois.
Pour en savoir plus, http://agmed.sante.gouv.fr/ ou http://www.afd.asso.fr/



Bonnes pratiques à l'usage du diabétique

Il existe des documents officiels très importants, à destination du patient diabétique, vous pouvez les télécharger ci-dessous:

Le pied du diabétique: http://www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/diabete/plaq_pied_patient.pdf

L'oeil du diabétique: http://www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/diabete/plaq_oeil_patient.pdf

Memo: une feuille de route pour l'année: http://www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/diabete/memo.pdf
Pour en savoir plus, http://www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/diabete/



Quelques chiffres...

Diabète: se mobiliser pour éviter le désastre ...
"
Les raisons de l’épidémie d’obésité et de surpoids sont largement identifiées. Cet article met l’accent sur les causes de l’augmentation de la prévalence du diabète due au vieillissement de la population, à l’augmentation de l’obésité et à la sédentarité : tout un programme de lutte qu’il faudrait commencer dès le plus jeune âge…
En effet, apparue pendant l’enfance, l’obésité persiste généralement à l’âge adulte et entraînerait une surmortalité de 50 à 80 %.
Le diabète se propage également dans le monde où l'on compte actuellement:
- 48,4 millions de diabétiques en Europe,
- 19,2 millions dans l’Est méditerranéen et le Moyen-Orient
- 7,1 millions en Afrique."
Source: article paru dans Pharmaceutiques, n° 156, avril 2008.



Recommander cette page


Actus Diabète

Seniors du Monde.fr, un autre regard sur les seniors...